TechDays 2009 : Session sur Windows Seven

La grande vedette du salon cette année était incontestablement Windows Seven suivi de très par Surface.

Le moins que l'on puisse dire c'est que ces sessions ont un vif succès, aux dernières nouvelles plus de 3000 inscrits.

D'ailleurs au moment où j'ai écrit ces lignes l'amphithéâtre était plein et les places étaient chères !

Je vous propose une synthèse de cette session.

Article lu   fois.

L'auteur

Site personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Introduction

Quatre axes ont été développés.
Après un bref historique démarrant en 1985 sur les OS phares de MS, on rentre enfin dans le vif du sujet, enfin on peut dire qu'ils nous font lambiner avec une vidéo de revue de presse sur Seven.

II. L'expérience utilisateur

Les arguments développés sont : performant, intuitif, flexible.
Le constat mis en avant est que nous avons toujours énormément de fenêtres ouvertes en permanence sur le bureau, et qu'il faut donc améliorer l'accès aux éléments de notre bureau et aux fonctionnalités des applications.
Les critères retenus étant :
- la réduction des menus et des icônes ;
- l'accès rapide aux applications ;
- l'exploitation des vignettes pour basculer d'une application à l'autre ;
- la mise en forme des fenêtres.

Dans le détail, on dispose d'une nouvelle barre des taches disposant de nouvelles fonctionnalités :
Les applications en cours d'exécution viennent s'ajouter à la barre sous forme d'une icône et une vignette contenant toutes les copies de cette application s'affiche lors du survol de cette icône par la souris.
Il devient possible d'ajouter le raccourci de n'importe quelle application dans la barre de tâches, de spécifier l'ordre des raccourcis, etc.
Examinons maintenant les autres dispositifs rajoutés à l'interface.

La Jumplist
Une jumplist est un menu propre à chaque application et qui devient accessible à partir du menu Démarrer ou de l'icône de l'application dans la barre des tâches.
Le survol d'une application dans la barre des tâches permettra de visualiser les derniers documents ouverts.
Cette fonctionnalité est incluse dans les applications Windows de Microsoft : Word, IE8, etc.
Un jeu d'API Win32 permettra aux applications tierces de disposer de ces fonctionnalités.
Démonstration en vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=NJe8JK4JAGo

Aero snaps
Mise en forme des fenêtres.
Permet de coller la fenêtre courante sur les bords de l'écran pour la maximiser, une fois déplacée elle retrouve sa taille originale.
Démonstration en vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=sS7a0xDwvlM.

Aero Shake 
Secouez la fenêtre courante et toutes les autres fenêtres se réduisent dans la barre des tâches.
Secouez à nouveau, les fenêtres se déploient à nouveau.
Démonstration en vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=4XVtipEecVw.

AeroPeek
Cet élément prend place dans la barre des tâches sous la forme d'une icône et vous permet de voir en transparence votre bureau.
Démonstration en vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=KK8gUabykHE.

Voilà, il ne manque plus que Astero hache et la liste est complète. :)

Autre élément important susceptible d'améliorer « l'expérience utilisateur » Internet Explorer 8 : une démonstration a été faite des WebSlices.
Ceux-ci permettent de visualiser un contenu web par simple survol de la souris sans aller explicitement sur le site, ils se comportent comme des flux RSS.
Démonstration en vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=aqXR79P_Uzo.

Autre nouveauté : les accélérateurs 
Ils sont représentés par une petite icône bleue permettant d'accéder directement à des services de traduction lors d'une recherche ou encore accéder à un plan sur live search à partir d'une recherche.
La liste par défaut est modifiable est pourra être complétée.
Une liste de composants est disponible sur le site Ieaddons : http://www.ieaddons.com/fr/accelerators.

La barre d'adresse « intelligente » :
La barre de saisie des adresses Internet se veut désormais plus intuitive.
Elle s'appuie sur votre historique de navigation afin de vous suggérer les correspondances les plus appropriées.
L'historique a été remanié avec plus de détails par site, fréquence, ordre de visite, etc.

Le principal reproche fait à Vista était de ne pas être économe au niveau des ressources et donc de fait absent de certains matériels low cost comme les subnetbook.
Obligeant les constructeurs à proposer du Windows XP sur ces matériels face à des OS Linux.
Avec Seven, on dispose enfin d'un système offrant un plus en matière d'interface et sécurité par rapport à XP sans compromis sur la vitesse ou sur la consommation des ressources, la démonstration a été faite sur un petit Notebook avec un bêta Ultimate.
La démo est concluante en termes de réactivité.
Image non disponible
Pour ma part j'ai installé la bêta sur une machine un peu vieillotte au bureau, équipée d'un AMD athlon 3200 et de 512 Mo de mémoire, résultats :
à part quelques problèmes pour reconnaitre la carte réseau interne et la carte vidéo intégrée, la machine se comporte très bien et consomme moins de 200 Mo de mémoire au démarrage.
En ce qui me concerne sur ce volet, je suis convaincu.

Pour en finir avec l'expérience utilisateur, Seven supporte le tactile, les applications deviennent « touch enable ».
La démonstration a été effectuée sur une tablette tactile avec une application Surface, on peut dire que c'est bluffant.
Cela permet par exemple dans virtual hearth. de faire un zoom à deux mains, etc.

III. Recherche en entreprise : offrir une expérience cohérente aux utilisateurs

Le système d'indexation a été amélioré de 38 % par rapport à Vista sur desktop search.
La simple recherche commence dans le menu Démarer, puis peut être élargie par la recherche de document en visualisant les vignettes en prévisualisation des documents.
On pourra dans l'explorateur prévisualiser les documents sans ouvrir l'application.
Une fonctionnalité de filtre permet d'affiner la recherche sur les documents.
Autre point la recherche de documents ne reste plus confinée au poste, elle permet de chercher des documents sur le réseau de l'entreprise et sur le Web.
Windows Seven devient agrégateur de recherches en offrant une solution unifiée pour rechercher l'information où qu'elle se trouve.
Le service informatique pourra mettre en place des liens dans le menu Démarrer et l'explorateur vers des sites favoris pour une recherche sur le Lan.

IV. Accès à l'entreprise pour les utilisateurs mobiles

Le constat 
Difficultés aux employés mobiles d'accéder aux ressources de l'entreprise.
Difficultés pour les administrateurs pour gérer efficacement ces postes mobiles en termes de sécurité, mises à jour, logiciels, etc.

Dans Seven DirectAccess devrait gommer ces contraintes en améliorant l'accès à distance sans VPN mais en utilisant IPV6+ IPSEC.
Il pourra être encapsulé dans un protocole UDP sur IPV4.
L'objectif est de ne pas changer les habitudes de l'utilisateur qu'il soit dans l'entreprise ou à l'extérieur.
Le présupposé est que le réseau sous-jacent est toujours non sécurisé.
DirectAccess redéfinit la frontière du réseau entreprise pour isoler les datacenter et les ressources métier classiques.
Il libère la connectivité sans VPN tout en respectant la sécurité.
L'utilisateur ne voit plus de différence entre la connexion interne ou extérieure, tout en offrant une politique de contrôle du poste mobile plus riche pour les administrateurs.

Performances réseau pour les agences
L'accès aux applications et données via les réseaux longue distance est lent pour les agences.
L'amélioration des performances réseau coûte cher et reste difficile à mettre en œuvre.

Solution Seven :BranchCache
Il permet la mise en cache local des données de l'agence pour économiser la bande passante.
Un poste qui sollicitera les données d'une agence commencera par vérifier si elles sont disponibles sur un poste du réseau.

V. Windows Seven : la sécurité et le contrôle en entreprise

Quatre axes développés.

V-A. Les fondamentaux

Héritages issus de Windows Vista : sécurisation du noyau, etc.
L'UAC tellement décrié dans Vista a bénéficié d'aménagements pour être moins agaçant.
Renforcement des fonctions d'audit.

V-B. Communication en dehors de l'entreprise

Sécurité réseau 
Network access protection (NAP)
Ce service déjà présent sous Vista permet de s'assurer qu'une machine est en bonne santé pour pouvoir accéder au réseau de l'entreprise, dans le cas contraire elle est mise en quarantaine jusqu'à qu'elle satisfasse les conditions de sécurité requises : mise a jour de sécurité, antivirus, etc.

DirectAccess que nous avons vu plus haut.

V-C. Protection des utilisateurs et de l'infrastructure

Applocker 
Comme SRP (Software Restriction Policies) Applocker permet une gestion plus fine du contrôle de l'installation des applications installées sur les postes d'entreprise par la gestion des stratégies.
Les règles sont fondées sur l'application de signatures numériques.
On peut spécifier les attributs de l'application.
Les règles survivent aux mises à jour des applications, on dispose de trois niveaux : autorisé, interdit, et exception.
Enfin elles peuvent être ciblées par utilisateur ou pour un groupe.
Image non disponible
Protéger les données des utilisateurs non autorisés 

RMS
Protéger l'information quand elle voyage.
EFS
Chiffrement des fichiers et des répertoires utilisateur.


BitLocker: constat évoqué 700 PC perdus par semaine à Roissy, la perte de clefs USB avec des données sensibles est un problème pour l'entreprise.
Bitlocker To Go permet d'étendre le concept sur la clef USB ou sur un disque externe.
Le service oblige le chiffrement des données via les stratégies de groupe.
Les informations de récupération sont stockées dans Active Directory.
Enfin cette nouvelle version promet une amélioration de la place utilisée, une simplification de la mise en œuvre et de la configuration du disque dur principal.

V-D. La gestion des postes de travail

Les investissements dans le déploiement de Windows Vista sont pérennes dans le sens où les principes de base de la compatibilité des appareils et des applications restent les mêmes entre Windows Vista et Windows Seven.
Il est conseillé de passer sous Vista en attendant Seven, néanmoins je vois mal les entreprises passer sous Vista pour passer ensuite à Seven alors qu'elles ont freiné des deux pieds sur Vista dès sa sortie !

Windows Entreprise et MDOP (Microsoft Desktop Optmization Pack) et APP-V (Microsoft Application Virtualization)
Son principe est de permettre la virtualisation des applications et données du poste travail, ce qui permet lors d'un changement de PC de retrouver ses données et ses applications.
Les applications deviennent centralisées sur un service.

Avec MED-V (Microsoft entreprise desktop virtualization)
Il permet la création de machines virtuelles (VM), leur déploiement et leur administration en local.
Il résout le problème des conflits entre applications et les OS.
Il permet aussi d'accéder au poste de travail de l'entreprise sur tout PC, à travers une VM depuis le réseau ou une clé USB !

Enfin VDI (Virtual desktop Infrastructure)
Cela permet d'exécuter le poste de travail dans une machine virtuelle sur un DataCenter.
Le déport d'affichage est réalisé à travers le réseau sur le poste client ou sur poste léger.

VI. Conclusions

Avec ce nouvel OS, les attentes et interrogations sont nombreuses, d'ailleurs un signe qui ne trompe pas il y a eu énormément de monde inscrit aux sessions consacrées au petit nouveau.
À tel point qu'ils ont dû prévoir de nouvelles sessions dans l'agenda pour satisfaire tout le monde.
Certes le système reprend les bases de Vista, mais comme nous l'avons vu il va plus loin notamment dans le domaine de la sécurité, dans ce point de vue on peut considérer que Vista était une ébauche et Seven un produit plus abouti.
Les programmeurs n'ont pas été oubliés, de nouvelles API Win32 ont été rajoutées pour nous faire bénéficier des nouvelles fonctionnalités.
Voilà pour cette session sur Windows Seven, en espérant que ce résumé vous aidera à vous forger une opinion.

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Copyright © 2019 Farscape. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site ni de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.